Formes (Tao) du Wing Chun

Il existe 6 formes (Tao-lu) dans le Wing Chun Kung Fu :

– 3 formes à main nue : Shil Lim Tao (Siu Nim Tao « la petite idée »), Chum Kil (Chum Kiu « faire le pont »), Bil Jee (Biu Tze « pique des doigts ») ;

– 1 forme au mannequin de bois (Mook Jong – 108 techniques) ;

– 2 formes avec des armes : couteaux papillon (« Chan-ma-dao ») et bâton long (« Dragon Pole »).

Ces 6 Tao sont enseignés tout au long de l’enseignement du Wing Chun Kung Fu dans les cours, à l’Atelier de Kung Fu et à l’occasion de certains stages de l’école AAMTC (1ère vidéo à gauche). En admettant qu’une forme est étudiée chaque année, il faut considérer que ces 6 Tao doivent être acquis au bout de 6 années de pratiques régulières.

 

Shil Lim Tao (ou Siu Nim Tao)

Cette première forme se traduit par « la petite idée » car elle contient les techniques et les principes de base pour l’apprentissage du style Wing Chun. Cette forme, réalisée sans aucun déplacement, en « position neutre », illustre toute la puissance statique et l’enracinement du pratiquant. Elle est construite en 2 parties sur un travail uniquement des bras :

– La première partie avec ses 7 techniques élémentaires (Noy Moon Chuie, Tan Sao, Huen Sao, Wu Sao, Fook Sao, Pak Sao, Wung Jeung) illustre la prise du centre et la poussée constante vers l’avant, en alternant un travail à gauche puis à droite. Cette introduction est réalisée comme un exercice de Qigong (Chikung), très lentement, pour mobiliser son Qi (Chi) l’énergie vitale que chacun possède et qui doit être utilisée dans toutes pratiques de Kung Fu. Cette première partie de Shil Lim Tao met en lumière le travail interne incontournable des arts martiaux chinois et du style Wing Chun. Voilà pourquoi l’école AAMTC propose également des cours de Qigong, car l’art martial traditionnel se distingue des sports de combat, des luttes et boxes occidentales, par la mobilisation de l’énergie vitale, et il n’est pas possible d’accéder au plus haut niveau de compréhension et de pratique d’un style de Kung Fu sans manifestation du Qi (Chi).

– La seconde partie, plus dynamique est divisée en 2 sections. La première section montre un travail simultané des deux bras dans les 4 directions avant/arrière/droite/gauche (Gum Sao, Fut Sao, Jut Sao, Bil Sao, Tarn Sao), car dans le style Wing Chun les 2 bras travaillent toujours en même temps en attaque, en défense ou en attaque/défense simultanées. La seconde section met l’accent sur le travail haut (Tan Sao, Huen Sao, Wung Jeung, Bon Sao) / bas (Gum Sao, Garn Sao, Dai jeung, Bil Sao) aussi bien en attaque qu’en défense, puis les dégagements sur des saisies.

Il existe de nombreuses variantes aux formes et notre école AAMTC n’échappe pas à la règle en proposant un Shil Lim Tao « avancé » mis au point par le grand maître William Cheung qui a notamment incorporé au début de la seconde partie un déplacement qui préfigure du stade de travail plus avancé que l’on retrouve dans les 2 formes suivantes.

 

Chum Kil (ou Chum Kiu)

Ce Tao se traduit par « chercher les bras », « faire le pont » ou encore « passer d’une distance à une autre ». Même si l’attaque est présente, cette seconde forme met l’accent sur la défense. Contrairement au Shil Lim Tao qui est exécuté en « position neutre », donc fixe, cette seconde forme, beaucoup plus dynamique que la première, intègre systématiquement les déplacements (pas, demi pas, pas complet, de face, en position côté ou en « T ») qui sont indispensables dans tous systèmes de combat et qui permettent précisément de « passer d’une distance à une autre » en recherchant le contact avec les bras de l’adversaire (Bon Sao, Larp Sao) pour défendre et construire la contre-attaque. Cette fois la mobilité nécessite de coordonner le travail des bras et des jambes, de coordonner le travail à droite et à gauche. C’est pour cette raison que cette forme plus complexe est enseignée aux élèves ayant déjà au moins une année de pratique.

La seconde caractéristique de cette forme est le travail des jambes qui est toujours intégré au travail des bras, ainsi que les enchainements dans la liaison pieds/poings. Là encore, la forme est construite en 2 parties :

– La première partie montre plusieurs enchainements dans toutes les directions de face, où la coordination est très complexe entre le travail des jambes (déplacements, frappes) et celui des bras (« faire le pont », contrôles, défense/attaque), ainsi que le travail dissocié mais simultané de la gauche et de la droite. La défense est structurée à partir des nombreuses possibilités de déplacement du style Wing Chun.

– La seconde partie est également divisée en 2 sections . La première section propose une défense avec un enchainement où l’on « fait le pont » en Bon Sao à partir d’une attaque haute. La seconde section propose une défense avec un enchainement où l’on « fait le pont » en Bon Sao à partir d’une attaque basse.

On peut juger de la valeur d’un pratiquant à la qualité de ses distances, donc de ses déplacements. La mobilité c’est 50% de la défense ou de l’attaque. Faire l’impasse sur les déplacements s’est donc faire l’impasse sur une des composantes essentielles du combat et de l’efficacité martiale. A ce stade de l’apprentissage, le pratiquant commence à avoir une bonne compréhension et connaissance du style Wing Chun, mais il lui reste encore à étudier toutes les subtilités de l’attaque…

 

Bil Jee (ou Biu Tze ou Bil Shou)

Ce Tao se traduit par « les doigts volants », « pique des doigts » ou encore « les doigts qui  transpercent » pour désigner un coup donné avec l’extrémité des doigts de la main. Cette troisième forme met cette fois l’accent sur l’attaque, sur l’art de la frappe avec les armes du corps (main, coude, jambe), et la grande variété de la précision des touches dans les arts martiaux chinois, les « piques des doigts » n’étant finalement qu’une des nombreuses facettes de cette très grande richesse de frappe. Au delà de l’apprentissage de cette troisième forme, Bil Jee renvoit indirectement à l’étude très complexe des Dian-xue (Tien-hsueh) ou Dim-mak en cantonais.

Les arts martiaux traditionnels chinois accordent une importance capitale à l’étude de la médecine, car de cette connaissance découle directement l’efficacité des Dian Xue. Nous touchons là à ce qui reste de l’une des facettes les plus mystérieuses du Kung Fu qui se trouve en relation étroite avec la science millénaire de l’acupuncture et de la médecine chinoise. Car avec la bonne frappe, il est effectivement possible d’affecter un organe précis et la santé de l’individu. A un premier stade, la technique du Dian Xue a pour but de perturber la circulation du sang, ou le flux respiratoire, par des attaques précises sur certains points anatomiques de l’adversaire. S’il est pratiquement à la portée de tous d’agir sur un muscle de sorte à provoquer une tétanisation plus ou moins longue, le deuxième stade du Dian Xue est beaucoup plus complexe. Il consiste à perturber l’énergie vitale, le Qi (Chi) qui circule d’un organe à un autre par l’intermédiaire des « méridiens ». Ces techniques qui consistent à viser les vaisseaux/méridiens et les points vitaux s’appellent Dian Xue (Dim Mak en cantonais) qui se traduit par « frappe des points ».

Le Wing Chun a développé ses propres techniques de « frappe des points ». Bil Jee, la troisième forme, celle de l’attaque, en est précisément l’étude. Là aussi la forme est construite en 2 parties :

– La première partie insiste sur les attaques en « pique des doigts » et avec les coudes.

– La seconde partie est composée de 5 enchainements combinant déplacements, travail multidirectionnel, « frappe des points » avec les mains et les pieds.

Pour comprendre Bil Jee, il convient de développer les différentes manières d’utiliser main et pied en tant qu’arme naturelle, d’améliorer son Qi (Chi), d’étudier les méridiens et les 108 points vitaux recensés. 72 de ces points, touchés dans des conditions précises, entraînent des troubles importants, les 36 autres pouvant dans certains cas entraîner la syncope ou la mort. Selon la technique et la force employées, les effets du Dian Xue peuvent être immédiats ou diffusés, localisés ou généralisés, passagers ou persistants. L’art traditionnel enseignait donc aussi bien comment soigner que détruire, les deux facettes d’une même science qui consiste à agir sur l’équilibre du corps. Un maître pouvait donc soulager bien des maux. Mais en combat, cette connaissance le rendait particulièrement efficace, surtout si ses armes naturelles ont été endurcies et que le Qi accumulé est brutalement libéré à l’impact (Fa-jing). Cette étude du combat est donc sans fin pour celui qui s’intéresse vraiment aux arts martiaux chinois. Bil Jee n’est pas la dernière forme d’un style, seulement le commencement d’une longue étude et pratique d’un art très ancien, riche et complexe.

Vidéos

Infos

Cours de Wing Chun Kung Fu tous les jours. Cours de Self Défense, Chin-na, Taichi Chuan, Chikung, Silat, Combat au sol, Armes.

Cours adultes, ados, enfants et baby. Faites un cours d'essai gratuit.

Inscription possible tout au long de l'année, de date anniversaire à date anniversaire. Plannings et tarifs disponibles sur notre site. INSCRIPTION

contact-us-left

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter afin de recevoir les dernières infos, l'actualité, les stages et les événements au sein de l'académie.

Citation du jour :

La sérénité dans le désordre est un signe de perfection

Voir plus