Le passage de grades marque « l’envie de progresser » et « l’épanouissement » de l’élève

La ceinture noire marque le commencement dans les arts martiaux :

Le Passage de grades est une bonne occasion de faire le point sur sa pratique et sur les prochaines étapes du travail restant à accomplir. C’est cette notion de « progrès » qui doit toujours accompagner le pratiquant, et non le simple désir d’obtenir un grade supérieur qui marquerait une forme de « promotion hiérarchique » ou de « supériorité » sur les autres.

Contrairement aux idées reçues, la ceinture noire n’est pas une finalité et ne correspond pas à un haut niveau de pratique. Elle marque au contraire le moment où le pratiquant va commencer sa discipline, et réellement pouvoir s’adonner librement et pleinement à son « art », parce qu’il en possède tous les outils, comme le musicien qui maîtrise son instrument et qui peut jouer toutes les musiques du monde pour aller au fond de sa compréhension de la musique. La ceinture noire représente donc un commencement plutôt qu’un aboutissement. Et souvenez vous que la ceinture noire n’a généralement aucune signification en dehors de l’école où on vous l’a remise.

Au fur et à mesure que le pratiquant progresse dans sa connaissance et sa pratique (possible qu’à partir d’une certaine maturité physique et mentale qui se construit avec l’âge et l’expérience), il devient une personne différente, une personne accomplie qui se réalise à travers tout son art qui procure « paix intérieure » et « confiance en soi ». C’est ainsi que le Kung Fu vise à l’épanouissement total de l’être humain.

Puisqu’on parle « d’envie » et « d’épanouissement », le passage de grades à l’AAMTC repose uniquement sur le volontariat et le port des ceintures n’est pas obligatoire. Chaque élève est donc libre de passer ou non ses grades, d’arborer ou non sa ceinture dans les cours.

Le grade symbolise la valeur de l’élève dans sa discipline : esprit, technique, efficacité. Le passage de grade mesure la progression des connaissances en Kung Fu, les valeurs morales et la maîtrise technique des élèves. Selon le travail du pratiquant, les professeurs remettent une ceinture de couleur à l’issue du passage, ainsi qu’un diplôme matérialisant le niveau obtenu de l’élève à l’AAMTC Paris.

Dans la tradition des arts martiaux, il existe 3 étapes dans la progression du pratiquant :

1 – « suivre » (ou « observer ») : c’est le stade du débutant, de l’imitation « extérieure », le temps où l’on copie le professeur le plus fidèlement possible, sans forcément tout comprendre, ni tout distinguer au départ. Le corps et l’esprit de l’élève débutant « se façonnent » et « épousent » peu à peu la discipline. On « suit le professeur » et respecte scrupuleusement ce qui est enseigné, technique et tradition. Il faut, selon l’âge et l’expérience de l’élève,  4 à 6 années de pratiques sérieuses avant d’atteindre le stade suivant.

2 – « briser » (ou « déchirer ») : c’est le stade où l’on commence à dominer suffisamment la technique pour dépasser sa seule compréhension « extérieure » et parvenir à une compréhension « intérieure », jusqu’au moment où l’on peut se permettre de se libérer progressivement du système et du carcan traditionnel. L’élève qui a pénétré le cœur des techniques et de sa discipline, va alors « briser » les premières portes de acarkent escort la compréhension de son art pour progressivement « rejoindre son professeur ». Là encore, il faut 4 à 6 années de pratiques sérieuses pour parvenir au stade suivant.

3 – « se séparer » (ou « s’éloigner ») : c’est le stade ultime, le moment où après de dures années de pratique sous la direction de son professeur, on se sépare de lui, sans heurts, comme une chose naturelle et inéluctable, pour enseigner à son tour ou tout simplement vivre sa propre conception de l’art. Le temps est venu où l’on « va à son propre chemin », seul, pour « devenir vraiment soi-même » à la recherche de son propre équilibre.

2 Commentaires

  • T-shirt
    Posted 4 juillet 2014 7 h 58 min 0Likes

    Pensant sérieusement à m’inscrire dans vos cours de Wing Chun, je me pose 2 questions:
    à 45 ans et non sportif, suis-je trop âgé pour commencer ? Et enfin, faut il obligatoirement passer les grades pour apprendre les enseignements supérieurs, (je fais un blocage psychologique dès qu’il y a un examen) ?

    Je vous souhaite une bonne journée,

  • aamtc
    Posted 29 août 2014 17 h 28 min 0Likes

    Merci pour ces questions dont les réponses intéresseront certains,
    L’intérêt des arts martiaux traditionnels est de pouvoir commencer à tous les âges, quelque soit son niveau ou sa forme physique. Il est donc facile d’y trouver son compte, de s’entraîner à son niveau, le sportif comme le non sportif, le jeune et le senior, l’avancé et le débutant. Il n’y a pas de compétition et cela change tout par rapport aux disciplines sportives qui s’orientent principalement vers le tournoi et le résultat. Chacun vient aux cours avec ses objectifs et nous veillons à ce que chacun y trouve sa place.
    Pour les passages de grades c’est la même chose, chacun est libre de les passer ou non, de porter ou non sa ceinture dans les cours. Du reste, seuls 20% des élèves sont intéressés par les passages de grades. Nous avons des élèves avec de très bons niveaux qui n’ont aucune ceinture. Là aussi, chacun trouve donc facilement sa place, et tout le monde peut atteindre le niveau d’une ceinture noire sans jamais avoir passé ses grades. On s’entraîne avant tout pour soi et la ceinture n’est qu’un outil de mesure de sa progression, pour ceux qui le souhaitent.

Les commentaires sont fermés

ataşehir escort
anadolu yakası escort